Education Artistique et Culturelle

/Education Artistique et Culturelle
Education Artistique et Culturelle2017-03-13T14:51:10+00:00

Ateliers théâtre

 

en direction de la classede 2nde ASSP 1, projet subventionné

 

pour une partie par la 

 

Direction des

 

Affaires Culturelles de Martinique 

 

Pour l’autre partie par le Ministère de la Culture

 

Groupe 2  les 16 et 23 mars et 13 avril

Groupe 1  les 20, 27 avril et 04 mai

 

Intervenant : ASSOCIATION ICAR : Ruddy Sylaire

 

Ruddy SYLAIRE

Comédien, metteur en scène.

Originaire de Haïti où il a débuté au théâtre dans la Cie Hervé Y. Denis, il y joue dans des œuvres qui vont de Aimé Césaire ; « La tragédie du roi Christophe », « Et les chiens se taisaient ». à Franck Fouché ; « Général Baron La Croix ou le silence masqué ». ou Jacques Stephen Alexis « Nuits Voraces » dans des mises en scène de Hervé Denis .

Voire, Molière « Mr de Pourceaugnac », en passant par Syto Cavé « On m’a volé mon corps »  et Lionel Trouillot « Les fous de Saint Antoine » .

Au début des années 1990 il s’installe en Martinique où il rencontre et travaille avec des compagnies théâtrales et des metteurs en scène comme, Le théâtre du Flamboyant de Lucette Salibur, « le collier d’Hélène »  de Carole Fréchette, « La ka espéré Godot » traduction créole de « En attendant Godot » de S.Beckett  par Monshoashi.  « Hyménée » de N.V Gogol, dans une mise en scène de S.Ziemtsov et I.Zolotowsky.

José Alpha de Téat’Lari « Lazare et sa bienaimée », « Haute surveillance » de jean Genet. Elie Penon « Œdipe roi » de Sophocle. Michèle Césaire » La nuit et les diables »Marie V.Chauvet.

José Exélis, « Comme deux frères » de Maryse Condé..

Il rencontre aussi des metteurs en scène d’autres horizons, comme Gaël Rabas (Théâtre du Versant, Biarritz . « Scapino, ange de la rue »). Françoise Kourilsky (Ubu repertory theater de New-York (« cahier d’un retour au pays natal), Denis Marleau de Ubu compagnie de Création de Montréal (« Othello » de Shakespeare, « Nous étions assis sur le rivage du monde » de José Pliya.

Travaille avec des chorégraphes comme Josianne Antourel, Christianne Emmanuel, Yun Chane.

 

Ces œuvres interprétées, la variété des dramaturges et des metteurs en scène rencontrés, l’ont mené à la mise en scène afin de poursuivre une exploration plus individuelle et plus profonde de sa pratique du théâtre. Poursuivre l’étude, la quête de ce que le corps peut apporter au texte pour atteindre  ‘les noyaux sensibles’ de ceux qui assistent au spectacle vivant.

Profondément Caribéen, donc de génotype et de culture essentiellement ‘multiples’ son travail de création s’enracine dans toutes ses composantes Caraïbes.

Ainsi l’oralité du théâtre, lui permet d’aborder les œuvres dramaturgiques sous plusieurs angles ; Sacrés par les religions syncrétiques de la Caraibe (les formes scéniques Vaudou, Candomblé par ex) qui mènent directement au profane par ce qu’on peut appeler « le réalisme merveilleux » – cette irruption ininterrompue de l’onirique dans le réel souvent sordide de ces pays, du Tiers-Monde. Et pour traiter les thèmes incontournables dans ces pays ; Injustices, misères, espoirs,

Il y a l’humour de ces peuples, le rire de survie de ceux qui savent combien il est facile de perdre tout le peu qu’on possède.

Cette force orale du théâtre pour susciter l’Imaginaire doit pouvoir sauter la barrière des langues, c’est pourquoi, la plupart de ses mises en scènes existent en au moins deux langues. La part corporelle (non verbale) du théâtre constitue un autre pilier  de sa recherche, car avant de parler il faut bien un corps… Pluridisciplinarité nécessaire et polyglottie urgente constituent les pièces motrices de ses explorations théâtrales.

 

Il met en scène des dramaturges comme Aimé Césaire « Cahier d’un retour au pays natal », « Une saison chez Césaire »), Sonny Labou Tansi « Je soussigné cardiaque », Khalil Gibran « Le Prophète », Marguerite Duras « Eden cinéma ».

José Pliya « Nègrerrances », et plus récemment « Les Sauveurs » de Ricardo Prieto, représentée au festival Avignon Off 2011(voir coups de cœur de la presse en Avignon).

Ruddy Sylaire est directeur artistique de la Wabuza Cie (Martinique/Haiti),diplômé d’état d’enseignement du théâtre(France), il intervient en milieu scolaire, carcéral et urbain (ateliers, représentations).

Docteur en médecine. Permis B

 

En préparation :

–         «  Instantanés d’infinis » de Annick Justin-Joseph

–         « le tambourin de soie »  de Yukio Mishima

 

Une conférence a eu lieu le jeudi 26 mars

de 15h à 17h en salle polyvalente

Présentation des danses traditionnelles

DKB : Danmié Kalennda Bèlè

Conférencier : Mme Léotin

Invités :

·  Lydie JEAN-CHARLES, danseuse, animatrice école AM4 de FDF, animatrice en lycée et auprès des aînés et retraités.

·  Mireille MARRON, danseuse, animatrice école AM4 du François

·  Jean-Michel SABIN, danseur et animateur en milieu scolaire.

Accompagnés de Jhon : danseuse AM4

Projet Action Culturelle 

Projet d’Éducation Artistique et Culturelle mis en place à la rentrée, dans le cadre du Projet d’établissement depuis 2012 et jusqu’en 2015, qui compte 3 axes : – Axe 3 : Ouverture Faciliter la mobilité et l’insertion professionnelles des élèves en mettant en place une politique d’ouverture culturelle, artistiqueà l’international en optimisant l’utilisation des TICE.

Objectifs pédagogiques : permettre aux élèves d’acquérir une culture artistique personnelle, fondée sur des repères communs ; les initier aux différents langages de l’art ; diversifier et développer leurs moyens d’expression ; contribuer à leur réussite et à leur épanouissement. Ces objectifs nécessitent : de mettre en cohérence enseignements et actions éducatives, de les enrichir et de les diversifier, en les reliant aux expériences personnelles des élèves, dans une complémentarité entre les temps scolaire, périscolaire et extra scolaire ; d’assurer la progressivité et la continuité des expériences et apprentissages dans le domaine des arts et de la culture, notamment entre le premier et le second degré.

– Projet d’établissement 2015/2017 :

Axe 3 : « Faire entrer l’école dans l’ère du numérique, du multilinguisme et de la multi-culturalité »

Objectif 3 : Se connaître et mieux connaître son pays, afin d’aller à la rencontre de l’autre

 

PARCOURS D’ÉDUCATION ARTISTIQUE

ET

CULTURELLE

mise en œuvre 2014-2015

 

 

Qu’est-ce que le PEAC ?

Le PEAC se compose de 3 éléments principaux, définis comme les 3 grands piliers de l’éducation artistique et culturelle : des connaissances, des pratiques, des rencontres (œuvres, artistes, lieux).

La notion de parcours implique que l’on recherche une cohérence et une continuité entre ces éléments. Sa mise en œuvre s’appuie sur une concertation entre les différents acteurs d’un territoire.

Il peut se déployer sur les différents temps de l’élève : scolaire, périscolaire et extrascolaire.

L’élève conserve une trace de ce parcours, dans un document individuel, afin de se l’approprier pleinement.

 

L’enseignement de l’histoire des arts se fonde sur trois piliers :

les périodes historiques, les six grandsdomaines artistiques, la liste des thématiques.

Les périodes historiques

Classe de seconde : Du XVIe s. au XVIIIe s.

Classe de première : Le XIX s.

Classe terminale : Le XXe s. et notre époque.

 

Les six grands domaines artistiques : Les  arts de l’espace, Les arts du langage, Les arts du quotidien, Les arts du son, Les arts du spectacle vivant

 

 

Evaluation :

En fin de seconde professionnelle :

– Identifier les ressources documentaires, les sélectionner.

– Situer des œuvres ou des produits, les comparer, nommer les critères de distinction.

– Respecter les contraintes d’une demande ou d’un cahier des charges simple.

– Maîtriser les outils élémentaires d’expression plastique, traditionnels ou numériques (cf. B2i), pour effectuer des relevés.

– Construire un bref exposé résumant ses observations, l’énoncer clairement en utilisant les bases du vocabulaire spécifique.

 

En fin de première professionnelle :

– Collecter une documentation, justifier sa sélection.

– Classer de manière chronologique et dater des œuvres ou des produits emblématiques, décrire leurs caractéristiques plastiques et techniques, les comparer.

– Respecter les contraintes d’un cahier des charges simple, élaborer des réponses créatives et pertinentes.

– Traduire visuellement ses intentions de manière explicite à l’aide des outils d’expression plastique adaptés.

– Présenter oralement et par écrit une recherche en utilisant le vocabulaire spécifique et en justifiant ses choix

 

En fin de terminale professionnelle :

– Exploiter des références à des fins créatives ou documentaires- Situer des œuvres ou des produits dans leur contexte de création, identifier des convergences entre différents domaines artistiques.

– S’impliquer dans un projet de conception, proposer des réponses variées, créatives et pertinentes, réaliser une production de qualité, la présenter de manière explicite : visuellement à l’aide des outils d’expression plastique adaptés, oralement et par écrit.

– Confronter son point de vue à celui d’autrui, développer des arguments pour justifier ses positions et exercer un jugement critique.

 

Acquis attendus

A la fin du Lycée, l’élève aura étudié un certain nombre d’œuvres relevant de la liste de thématiques, appartenant aux six grands domaines artistiques, en relation avec les périodes historiques.

Ce faisant, l’élève aura acquis des connaissances, des capacités et des attitudes.

 

Programme d’Arts Appliqués

 

 

–       Bulletin officiel Spécial n°2 du 19 février 2009 – Arts appliqués et cultures artistiques

–       Bulletin officiel n°20 du 20 mai 2010 – Modalités d’évaluation des arts appliqués et cultures artistiques

–       Circulaire du 3 mai 2013 – BO n° 19 du 9 mai 2013 – Le PEAC descriptif

–       Guide-parcours EAC pour la mise en œuvre MEN